Le polar exquis de Sandrine Zorn et Alain Siméon

Un corps sans vie retrouvé dans une ruelle, un homme affublé d’un sac à main volé dans un musée, Mitragyna, paru aux éditions Lajouanie en septembre 2018, possède a priori tous les ingrédients nécessaires au bon polar. Écrit à quatre mains, le roman débute par une simple affaire d’homicide. Mais il nous plonge peu à peu dans un ‘contre-la-montre’, oscillant entre une enquête policière menée de main de maitre par le capitaine Silas Kravinsky et l’investigation d’une jeune professeure de biologie en quête de vérité, Camille Jeanson.

L’œuvre est née des esprits imaginatifs et bien documentés de Sandrine Zorn et Alain Siméon, dont l’amitié datant de l’époque universitaire a permis d’exploiter une vive complicité dans l’écriture de ce tout premier roman policier. Le duo s’est tout bonnement adonné à l’exercice du cadavre exquis au résultat simplement bluffant. « On a revu l’ensemble des deux écritures pour harmoniser parce qu’on écrit un peu de façon différente ». D’ordinaire hasardeux, le cadavre exquis est ici parfaitement homogène comme si une seule et même personne l’avait écrit. Mitragyna, fruit de cette incroyable escapade littéraire, étanche à merveille la soif d’intrigues du lecteur avec un soupçon d’humour, s’il vous plait, offert à travers diverses scènes et la personnalité de certains protagonistes ainsi qu’un petit clin d’œil à la grande Fred Vargas.

Mais au-delà du polar, confectionné dans le respect des codes du genre, les auteurs ont mis leur passion pour l’intrigue policière au service de l’actualité. Sur les traces de Jean-Patrick Manchette ou encore Didier Daeninckx, pionniers du néo-polar « engagé » à l’idéologie prégnante, ils ont souhaité à travers cette œuvre véhiculer quelques messages plus disruptifs comme la « main mise des industries pharmaceutiques sur les savoirs des peuples » en Afrique. On y découvre ainsi l’esquisse d’un continent en souffrance en termes d’écologie, élément majeur de ce roman qui méritait amplement d’être mis en exergue. « C’est notre prétexte » avoue Alain Siméon.

L’écriture du second roman policier de Sandrine Zorn et Alain Siméon touche à sa fin. Le titre n’a pas encore été défini et pour le moment, les auteurs gardent le contenu secret. Cependant, Sandrine Zorn a tout de même révélé que les deux personnages principaux Silas et Camille faisaient leur grand retour. « On poursuit un peu leur histoire » confie-t-elle.

Affaire à suivre absolument !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s