Cosme et Rimbaud à jamais liés grâce à Guillaume Meurice

Guillaume Meurice révèle au monde, via un livre bien ficelé, l’étonnante vie de Cosme Olvera et sa détermination à découvrir le sens caché d’un des poèmes de Rimbaud.

‘Cosme’ (prononcé Cosmé), c’est la collaboration de deux esprits bien aiguisés qui s’imbriquent parfaitement, se complètent, à l’écoute l’un de l’autre. On connaissait déjà Guillaume Meurice, chroniqueur émérite sur France Inter. Mais on lui savait moins cette très belle prose qui le fait entrer dans le fabuleux cortège des écrivains français. Quant à Cosme Olvera, dont le chroniqueur retrace la vie et la quête d’un Graal littéraire, il est un personnage atypique, inscrit à l’école de la vie, intellectuel autodidacte mais confirmé. Divin mélange que l’on découvre dans ce roman bien rythmé, teinté de suspens et d’humour que Guillaume Meurice et Cosme Olvera dédicaçaient samedi dernier à la libraire Calligrammes.

Difficile pour Guillaume Meurice de garder son sérieux lorsqu’on l’interroge sur cette démarche. Il assure simplement que ces belles pages sont avant tout dédiées à son ami. Guillaume Meurice ne voyait aucun intérêt à compiler ses chroniques sous forme de livre. Il avait plutôt « une histoire à raconter ». Ce roman nous offre un Voyage. Un voyage au cœur des souvenirs de Cosme au sein de sa famille haute en couleurs et touchante. Un voyage plongeant le lecteur au creux de ses émotions les plus intimes et les plus passionnantes, les plus étonnantes. Et enfin, un voyage dans l’univers de Rimbaud, l’enfant précoce dont l’œuvre ‘Voyelles’, maintes fois étudiée, décortiquée, recèle de mystères et de codes invisibles à l’œil nu. A chaque chapitre, sa voyelle, dans l’ordre imposé par Rimbaud dans son poème. Et de conclure, de la plume de Cosme, cette fois. Une touche toute personnelle à l’adresse du poète ingénieux.

Qu’il est audacieux de la part de Cosme Olvera de s’y être plongé à cœur perdu, guidé par son intuition. Ou plutôt par « une vérité qui s’impose » comme l’écrit Guillaume Meurice qui retranscrit la pensée de son héros. Qu’il est effronté même de se mesurer à de grands spécialistes de la question. Mais après tout, cette démarche n’est qu’une suite logique de sa vie, animée par la curiosité et une soif de connaissances incommensurable depuis sa plus tendre enfance. Cosme Olvera s’est particulièrement attardé sur le poème ‘voyelles’ qui « a une histoire ». Il a lu tous les ouvrages et publications possibles traitant de ce poème énigmatique. Y compris les travaux de Robert Faurisson, professeur agrégé des lettres mondialement reconnu. Il s’est même procuré une copie du manuscrit original, le rapprochant plus encore de l’esprit de Rimbaud. Il a rapidement la conviction que tous « partent sur des fausses pistes ». Aucun ne parvient à résoudre cette énigme au demeurant. « J’ai eu des intuitions et je les ai suivies. Je suis allé jusqu’au bout ». Son objectif était de « ramener une preuve », pas une interprétation nouvelle.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s