Ces animaux qui soulagent et offrent du bonheur

Depuis fin 2015, Nathalie Devin, intervenante en médiation animale, et sa chienne Jacotte, accompagnent de nombreuses personnes âgées et/ou en souffrance.

Le cœur de Jacotte, cocker anglais noir qui partage la vie de Nathalie Devin, s’est épris un jour des résidents de la maison de retraite de Sergines. Une révélation pour Nathalie Devin qui, dans le même temps, découvre la médiation animale. « Nous sommes allés nous former à Marseille chez Valérie Serrette (Val & Sun) qui a une grande expérience des bienfaits que peuvent apporter les animaux aux personnes âgées, poly-handicapées, enfants, etc. » explique Nathalie Devin. Sa chienne Jacotte a été formée. Elle est à présent « chien médiateur ».

L’idée de thérapie par l’animal n’est, certes, pas nouvelle puisqu’elle a déjà été expérimentée à diverses époque dont au 18ème siècle par William Tuke, en Angleterre. Mais cette technique sera réellement développée dans les années 50 aux Etats-Unis, par Boris Mayer Levinson, pédopsychiatre américain et père de la zoothérapie. Elle entrera en France dans les années 70 grâce au Docteur Vétérinaire Ange Condoret. Ce dernier fondera l’AFIRAC (Association Française d’Information et de Recherche sur l’Animal de Compagnie) en 1977. Une étude des docteurs Kongable, Buckwalter et Solley réalisée en 1989 confirmera que « les activités sociales sont augmentées en présence de l’animal avec beaucoup d’échanges verbaux entre résidents ».

L’objectif de la médiation animale, ou zoothérapie, est de créer des interactions positives entre l’animal et l’être humain afin d’améliorer, ou en tout cas de maintenir un état de bien-être physique, mental et social d’une personne. Cette méthode peut être utilisée à titre préventif, thérapeutique ou pédagogique. Comme le disait le Dr Levinson, « l’animal ne se nourrit pas d’attentes idéalisées envers les humains, il les accepte pour ce qu’ils sont et non pas pour ce qu’ils devraient être ». L’absence de jugement et d’opportunisme chez l’animal le rend idéal dans cet exercice. Il ne condamne pas l’être humain à l’échec ni ne lui renvoie une mauvaise image de lui-même.

C’est dans cette optique que Nathalie Devin a choisi d’agir avec sa chienne. Son association « Cœur de Jacotte » propose de nombreuses activités et ateliers assistées par l’animal auprès d’un vaste public. Afin de favoriser le maintien à domicile des personnes âgées, l’association organise également des promenades et gardes d’animaux. Leur formation leur permet même de mettre en place des ateliers autour de la relation enfant-chien et de la prévention des morsures.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s