IT Dansa, une compagnie d’envergure

Directrice artistique dès les premiers pas de la compagnie en 1997 et ancienne danseuse du « Nederland Dans Theater » puis de « Nacho Duato » dont elle a été longtemps l’égérie, Catherine Allard avait notamment pour mission d’orchestrer ces pièces. De sa passion pour la danse on retiendra un désir de transmettre et de mettre en lumière les jeunes talents via la compagnie qu’elle gère depuis le début.

La compagnie IT Dansa s’inscrit dans le cursus d’études post universitaire de l’Institut del Teatre de Barcelone. Pendant deux ans, les danseurs perfectionnent leur art en vue d’une professionnalisation. A ce jour, la compagnie a permis à plus de cent quarante élèves d’intégrer une compagnie professionnelle et possède un répertoire contenant plus d’une trentaine de chorégraphies des plus grands chorégraphes tels que Jirí Kylián, Ohad Naharin, Nacho Duato, ou encore Ramon Oller. Des pièces, aux styles variés, qui permettent aux jeunes danseurs de travailler avec des chorégraphes renommés ainsi qu’avec de nombreux talents émergents.

En tournée européenne cette année, elle a subjugué bien des publics leur offrant une émotion si vive que personne ne s’est lassé chaque soir de représentation ainsi qu’une belle énergie dans leur interprétation de diverses pièces. Devant un tel spectacle, on ne peut que s’émerveiller, s’étonner par ce que dégagent les danseurs, ce qu’ils transmettent au public.

https://www.faiencerie-theatre.com/pdf/spectacles/ITDansa.pdf

Vous êtes responsable de cette troupe depuis le début. Quel était l’objectif ?

Oui on m’a demandé de la créer. L’institut voulait améliorer le niveau de la danse. Cela permettait aux élèves d’aller un peu plus loin après le conservatoire, d’avoir cette expérience professionnelle. Ça donne aussi une motivation pour les élèves de l’école.

Comment se passe le recrutement ?

A l’institut, il y a beaucoup de départements : théâtre, la direction, la scénographie, la mise en scène. Et puis il y a l’activité danse avec l’école supérieure qui enseigne pendant quatre année la chorégraphie et la pédagogie. Les études au conservatoire durent six ans pour des élèves entre 12 et 18 ans. Enfin, il y a IT Dansa, soit deux ans d’expérience professionnelle. La priorité est donnée aux élèves du conservatoire. Il s’agit d’avoir toujours la possibilité d’avoir des élèves de plusieurs écoles. Que ce ne soit pas tout le temps réservé à ceux du conservatoire. Surtout que chaque année, il n’y a pas assez d’élèves au niveau que j’exige, la qualité… quand il reste des places, on fait une audition externe. Cette année, il y avait beaucoup de Japonais.

Qu’est-ce que la présence d’élèves venus de différents pays apporte aux élèves déjà en place ?

Je trouve qu’il est important pour les élèves de l’institut de ne pas être enfermés tout le temps avec les mêmes élèves, qu’ils connaissent d’autres manières de faire, d’autres langues, d’autres manières de penser. Et les élèves qui viennent d’ailleurs, c’est parce qu’ils veulent venir. Ils veulent venir ici pour un programme. Ils sont très motivés. Parfois pour ceux qui sont déjà dans l’école, c’est une commodité pour eux de rester deux ans de plus dans la compagnie.

Est-ce que cela les motive davantage ?

Oui, ça les motive. Ils savent qu’il y a d’autres gens qui peuvent être pris avant eux. Mais il y a quand même un échange entre pays différents, entre mentalités différentes. Ils apprennent les langues.

La compagnie propose plus de trente chorégraphies. Avez -vous déjà exercé le métier de chorégraphe ?

J’ai créé deux chorégraphies avec la compagnie. Mais je ne suis pas chorégraphe. Je vais chorégraphier si je le sens. J’ai fait une chorégraphie la deuxième année puis beaucoup plus tard en 2010. On m’avait demandé de faire « Petrouchka » avec un directeur de scène et je me suis lancée. Ça s’est très bien passé, c’était pour les enfants. Le fait d’avoir beaucoup dansé Stravinsky ça m’a aidé aussi. Mais je ne me sens pas chorégraphe. Je peux le faire mais ce n’est pas ma vocation.

Concernant des pièces telles que ‘Wad Ras’, nom de la prison pour femmes de Barcelone, les danseurs doivent-ils s’approprier le thème ?

Oui, ce qui m’intéresse, c’est ce que la pièce a à dire, que les danseurs puissent penser la pièce comme interprètes. On n’est pas seulement danseur pour montrer sa technique, pour montrer ses lignes. Mais on est danseur pour interpréter les pièces d’un chorégraphe, faire passer ses émotions au public. Donc il faut que le danseur pense. Il faut que le danseur sente qu’il a quelque chose à dire. Ici ce qui m’intéressait c’était tout le travail rythmique. C’est une chorégraphie qui est déjà un classique en Espagne. Normalement, c’est une pièce qui est dansée par des femmes. Ce qui m’intéresse, ce n’est pas tellement la prison en soi. Les danseurs doivent rechercher ce qu’un prisonnier peut ressentir : la rage, l’attente, l’impuissance. Ils peuvent décider d’aller plus loin dans leur interprétation. La technique, tu l’utilises, en tant qu’artiste, justement pour aller plus loin, comme un outil pour interpréter. Il y a une pensée du danseur dans l’espace. Ça peut paraître abstrait mais il y a une pensée du danseur qui interprète. Nous, on est obligé de savoir quelle relation on a avec le public, ce qu’on va lui apporter. Le public va s’émotionner, s’inspirer. Si le public reste froid c’est que quelque chose ne va pas. Alors il faut se remettre en question.

Vos spectacles sont-ils tous publics ?

C’est un beau projet éducatif. Et on éduque le public aussi. C’est accessible pour tout le monde. La musique est importante aussi, la façon dont elle arrive aux oreilles. On sent par les yeux mais on sent beaucoup par les oreilles aussi. Donc la relation de la musique et de la danse, c’est très important pour moi. Ça fait un. Je crois que s’il y a des gens qui n’avaient plus envie de voir de danse en se disant « je ne comprends rien », là, ils se réconcilient avec la danse. Pour les enfants, ou même les personnes âgées, qui n’ont jamais vu de danse, c’est un bon début.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s